La voiture électrique au Québec : un choix écologique

Les avancées technologiques des dix dernières années ont rendu les voitures électriques de plus ne plus intéressantes pour les particuliers. Le prix du pétrole qui augmente, la pollution grandissante de notre planète, ainsi que les batteries de plus en plus performantes sont quelques raisons qui nous poussent à nous tourner vers les véhicules électriques. Cependant, de nombreuses incertitudes sont encore bien présentes dans l’esprit des consommateurs avant de faire le pas. Sont-elles abordables ? Peut-on rouler aussi longtemps qu’avec un modèle classique ? Peut-on recharger la batterie facilement ? On fait le point sur ce qu’il en est sur la voiture électrique de 2018 au Québec.

voiture électrique

La voiture électrique d’aujourd’hui

Les Québécois sont les plus nombreux à avoir remplacé leur véhicule à essence au Canada, puisqu’il y a environ 11,000 voitures entièrement électriques au Québec, contre seulement 24,000 dans le reste du pays. L’autonomie de ces véhicules se compare de plus en plus à une voiture classique : après la charge complète de la batterie, une voiture électrique peut rouler entre 100 km et 500 km, selon les modèles. De plus, les batteries des véhicules d’aujourd’hui sont durables et permettent aux voitures de fonctionner au-delà des 200,000 km. Le coût de ces voitures reste onéreux, même si elles deviennent de plus en plus accessibles : un modèle neuf coûte aujourd’hui entre 30,000$ pour les plus voitures basiques et jusqu’à 150,000$ pour les plus luxueuses. Cependant, il est environ huit fois moins coûteux de recharger un véhicule électrique que de faire le plein d’une voiture classique ; il coûte entre 200 et 300$ en charge pour parcourir 20,000 km.

Un environnement plus propre

L’impact écologique de la voiture électrique dépend du mode de production d’énergie de chaque pays. Ici, au Québec, étant donné que l’énergie vient en vaste majorité d’une source propre, le véhicule électrique devient donc un choix écologique extrêmement avantageux. Une automobile électrique produit beaucoup moins de gaz à effet de serre qu’un véhicule à essence. En effet, la production de ces gaz (tels que le dioxyde de carbone, l’ozone, le monoxyde de carbone, etc…) n’est impliquée que durant la fabrication de la batterie. Si l’on considère donc tout le cycle d’une voiture électrique, depuis sa fabrication jusqu’à sa fin de vie, elle produit 65% moins de gaz à effet de serre qu’une voiture à essence classique après avoir parcouru 150,000 km.

Qu’en est-il au Québec ?

Il est possible d’obtenir des subventions de la part du gouvernement du Québec pour l’achat d’un véhicule électrique neuf ou d’occasion ; un rabais pouvant aller jusqu’à 8,000$ (voiture neuve) et 4,000$ (voiture d’occasion) sera offert lors de l’acquisition du véhicule.

La recharge est devenue extrêmement facile car il existe aujourd’hui plus de 1,500 bornes de chargement au Québec, gratuites ou payantes. Il est également très simple de les localiser, grâce à des applications mobiles, comme par exemple « Circuit Électrique ». De plus, il est possible d’installer une borne à domicile ou au travail. Le Québec propose des remboursements qui permettent aux utilisateurs d’amortir les coûts de l’installation. En 2018 seulement, le gouvernement du Québec a accordé plus de 900 rabais à l’achat d’un véhicule électrique et remboursements pour l’installation d’une borne de recharge.

Par Caroline Foucher

Sources :

Cedric De Cauwer et al., « Energy Consumption Prediction for Electric Vehicles Based on Real-World Data », Energies, 8, 8573-8593, 2015
http://www.vehiculeselectriques.gouv.qc.ca
http://www.hydroquebec.com/electrification-transport/voitures-electriques/
http://www.aveq.ca/meacutedias.html
https://www.connaissancedesenergies.org

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.