Objectif : zéro déchet – 10 gestes simples à adopter

Au Québec, chaque habitant produit en moyenne 750 kg de déchets par an, ce qui représente une totalité de six millions de tonnes de déchets chaque année. La plupart de ces déchets sont entassés dans des sites d’enfouissement à l’extérieur des villes. Ces sites consistent en de véritables collines de déchets et présentent de graves conséquences pour l’environnement. En plus des odeurs dérangeantes pour les habitants à proximité, la dégradation des ordures émet des gaz qui contaminent l’air et l’eau. De nombreux déchets peuvent être réutilisés, recyclés, ou compostés. Heureusement, il y a des gestes simples à adopter afin de limiter la production de déchets de chacun et ainsi se tourner vers le zéro déchet.

zéro déchet

1) Faire son épicerie en vrac

La première étape pour adopter une routine zéro déchet est de faire son épicerie en vrac plutôt que d’acheter des produits emballés. De plus en plus de magasins permettent aux consommateurs d’apporter leurs propres contenants ou alors proposent des contenants réutilisables que l’on peut ramener à chaque fois que l’on fait les courses. De nombreux aliments se conservent parfaitement en bocaux et ne nécessitent pas l’utilisation d’emballage plastique, comme les fruits secs, le riz, les céréales, etc.

2) Composter

Un quart de nos ordures est constitué de matière organique. Cela représente environ 200 kg par an pour chaque Québécois. Lorsque ces déchets sont jetés dans une poubelle ménagère, ils sont incinérés ou enfouis avec le reste de nos ordures. Le compost est une matière riche et fertile pour les plantes et qui est donc gaspillée. Si l’on possède un jardin ou un balcon, il est très facile d’installer un bac de compostage et il peut ensuite servir pour les plantes. En ville, de plus en plus de quartiers proposent un service de compostage domestique. À Montréal, plus de 410,000 logements y ont accès. Le compost est alors utilisé pour les jardins ou redistribué gratuitement aux Montréalais chaque automne.

3) Éviter les pailles et les ustensiles en plastique

Chaque jour, plus de 500 millions de pailles sont jetées rien qu’aux États-Unis. Tout comme les ustensiles en plastique, les pailles sont trop fines et passent souvent à travers les lignes de tri et ne sont donc pas recyclées. Elles se retrouvent alors emportées par le vent ou les cours d’eau et finissent dans l’océan. Les pailles font partie des cinq déchets les plus retrouvés lors des nettoyages de plage. De plus, les pailles et les ustensiles en plastiques sont fabriqués dans un matériau extrêmement nocif pour les animaux marins. De plus en plus de restaurants et de villes dans le monde ont banni l’utilisation des pailles ou les ont remplacées par des pailles biodégradables ou réutilisables.

4) Se désabonner aux publicités

Nous recevons des publicités chaque jour dans notre boîte aux lettres. Cependant, la majorité d’entre elles seront jetées directement aux ordures sans même être lues. Il est facile de placer une note « pas de publicité » sur votre boîte aux lettres et de s’inscrire aux circulaires en lignes si vous êtes intéressés par l’une d’entre elles. Si vous continuez à en recevoir malgré avoir placé une note, il est possible de contacter Postes CanadaMC.

5) Toujours avoir un sac réutilisable sur soi

Un sac en plastique met plus une centaine d’années à se dégrader. D’ici 30 ans, si rien n’est fait, il y aura plus de plastique dans l’océan que de poissons. Étant très légers, les sacs en plastiques s’envolent et se retrouvent bien souvent dans nos mers. En plus de polluer, de nombreuses espèces marines, telles que les tortues, ingurgitent les sacs, pensant que ce sont des méduses. De nombreuses villes et pays bannissent peu à peu le sac à usage unique. De nombreuses personnes ont pris l’habitude d’amener leurs sacs réutilisables à l’épicerie. Cependant, les autres commerces fournissent encore beaucoup trop de sacs en plastiques. Apporter un sac en tissu réutilisable partout avec soi est un geste simple à ajouter à sa routine zéro déchet.

6) Boire de l’eau du robinet

Chaque jour, environ un million de bouteilles en plastique sont achetées dans le monde. Une bouteille met plus de 400 ans à se dégrader. Les bouteilles sont fabriquées en PET qui est un matériau recyclable. Cependant, le PET est un plastique très bon marché à fabriquer, ce qui rend l’industrie du recyclage peu rentable et la plupart des fabricants de boissons n’y ont pas recours. L’eau du robinet est soumise à des normes de qualités très strictes et est potable partout au Québec. Il est donc très facile de limiter sa production de déchets en consommant l’eau du robinet et en ayant une bouteille réutilisable plutôt que d’acheter de l’eau minérale en bouteille. Il existe aussi des fontaines à eaux dans la plupart des bâtiments au Québec où l’on peut remplir nos bouteilles.

7) Acheter local

Acheter des produits locaux et de saison est un moyen simple de réduire nos déchets. En effet, les aliments locaux nécessitent moins de transformations et d’emballages. En plus de contribuer au zéro déchet, manger local est aussi plus sain : des aliments plus frais, cueillis plus mûrs et avec moins de conservateurs. Ceci soutien aussi l’économie locale, soit trois fois plus de raisons de manger local !

8) Utiliser des chiffons en tissu

Les lingettes jetables, qu’elles soient désinfectantes, démaquillantes ou dépoussiérantes, ne sont pas recyclables. Un foyer québécois consomme en moyenne 23 kg de lingettes par an. En plus d’être non-recyclables, ces lingettes sont souvent imprégnées de produits nocifs pour l’environnement. De plus, elles sont souvent jetées dans les toilettes, ce qui provoque de nombreux problèmes de canalisation. Utiliser des chiffons lavables et réutilisables est un geste simple pour contribuer à la protection de l’environnement.

9) Recycler et acheter usagé

En plus de trier le plastique, le verre et le carton, de nombreux objets peuvent être recyclés et avoir une deuxième vie. Par exemple, les vêtements dont on ne se sert plus ou qui sont abimés peuvent être donnés à des friperies ou des organismes pour les sans-abris plutôt que d’être jetés. Acheter dans ces friperies plutôt que neuf est aussi un moyen d’encourager la diminution de nos déchets. Il en va de même pour les meubles, les appareils électroniques, les objets décoratifs, etc.

10) Utiliser une bouteille isotherme

Tout comme les sacs en plastiques et les pailles, les tasses jetables représentent une grande partie de nos déchets non-recyclés. Chaque Québécois consommerait en moyenne 250 tasses à café par an. Ces gobelets en carton ont un revêtement en plastique qui les rend étanches. Elles ne sont pas recyclables au Québec, tout comme leur couvercle. Apporter sa propre tasse ou bouteille isotherme au café est une solution simple afin de se tourner vers un monde zéro déchet. Certains pays, comme le Royaume-Uni, proposent de taxer ces tasses, tout comme ce qui a été fait préalablement pour les sacs en plastique, et ainsi pousser les consommateurs à amener leur propre contenant. Certains cafés au Québec proposent une réduction sur les boissons lorsque l’on amène sa bouteille.

Réduire la production de déchets est un défi de tous les jours. De gestes simples à adopter pourrait réduire notre production de déchets et ainsi contribuer à protéger notre environnement. De nombreuses villes et pays adoptent des législations qui favorisent le zéro déchet, mais les actions de chaque consommateur sont très importantes pour construire pas à pas un Québec plus vert.

Par Caroline Foucher

Sources :

http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=7237,75371890&_dad=portal&_schema=PORTAL
https://www.nationalgeographic.fr/environnement/la-guerre-des-pailles-la-lutte-pour-debarrasser-les-oceans-du-plastique
https://www.conferenceboard.ca/hcp/provincial-fr/environment-fr/waste-fr.aspx?AspxAutoDetectCookieSupport=1

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.