Dr. Anthony Miller: La prévention du cancer chez les enfants, les jeunes et les adultes (en anglais)

Scène principale, samedi 14 septembre 2019, 15h

Conférence en anglais

Anthony B. Miller, MD, FRCP, FRCP(C), FFPH, FACE 

Professeur émerite d’épidemiologie, sommité en étiologie, prévention et dépistage du cancer, École de santé publique Dalla Lana de l’Université de Toronto.Formé en médecine interne et en épidémiologie, le Dr Miller a eu une carrière remarquable dans la prévention des maladies. Il a débuté comme chercheur sur la tuberculose et les maladies du thorax en Grande-Bretagne dans les années 1960, avant de diriger l’unité d’épidémiologie de l’Institut national du cancer du Canada, de 1971 à 1986. Il a ensuite présidé le département de médecine préventive et de biostatistique de l’Université de Toronto, de 1992 à 1996. Il a été expert spécial en prévention du cancer à l’Institut national du cancer des États-Unis, épidémiologiste principal au Centre international de recherche sur le cancer et il a dirigé la division d’épidémiologie du Centre allemand de recherche sur le cancer. Consultant de longue date auprès de l’Organisation mondiale de la santé, il a été directeur adjoint de la recherche à l’école de santé publique Dalla Lana de l’Université de Toronto jusqu’en 2010. Aujourd’hui il est responsable scientifique de l’initiative de modélisation OncoSim du Partenariat canadien contre le cancer.

Nous savons très peu de choses sur la prévention du cancer chez les enfants et les adolescents, bien qu’un certain nombre d’expositions environnementales (par exemple aux pesticides et aux champs électriques et magnétiques domestiques) sont soupçonnées d’augmenter le risque de leucémie et de lymphome chez l’enfant. De plus nous savons que l’exposition du fœtus aux rayonnements ionisants (rayons X du pelvis de la mère) pendant la grossesse augmente le risque de leucémie infantile. Par ailleurs, nous savons que l’adoption précoce d’habitudes de vie bénéfiques, telles que la saine alimentation, l’exercice et l’évitement du tabagisme, peut considérablement réduire le risque de cancer plus tard dans la vie. Dr Miller est aussi convaincu que la réduction de l’exposition des enfants aux rayonnements de radiofréquences émis par les téléphones portables et autres dispositifs sans fil permettra de prévenir des cancers du cerveau chez les jeunes et les adultes.

 

 

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.